Animal Triste

« Seasons came and seasons went
it was a year well-spent… »

(Animal Triste « Animal Years »).

Presque une année s’est écoulée depuis que j’ai découvert en live au festival des Primeurs de Massy, ce groupe au Rock impeccable et d’une efficacité redoutable Animal Triste. Je regrette presque ce moment de l’avant où l’on ne sait pas encore qu’il va se passer quelque chose d’exceptionnel et que l’on en savoure la surprise.

Par chance, Longueur d’Ondes me propose de couvrir (en photo) leur prochain concert parisien : Un mois après l’espace Paul B à Massy(91), La Maroquinerie (Paris) a bouilli telle une marmite prête à exploser, essais plus que transformé pour ce groupe qui a déjà deux albums à son actif (depuis février 2022).  S’il parait que l’animal est triste après le coït, ce n’est pas le sentiment qu’ils laissent après leurs concerts, pourtant le plaisir quasi orgasmique nous emmène dans des contrées ‘inexplorées’.

Me revoici face à eux dans une Boule Noire pleine à craquer, il y a 4 jours, dans le cadre du MaMA festival : un format court et condensé qui me fait l’effet d’un boomerang ; rien à faire, je crois bien que je deviens addict, un peu malgré moi. La puissance de leur jeu, leur générosité, leur authenticité sur scène touche droit au coeur, une énergie cathartique qui ne peut laisser indifférent tout bon amateur de rock and roll.

Par chance ils proposent un format long de leur set list, à côté de chez moi à Chaville (92) 3 jours après. A peine remise d’un MaMA très intense, me voici donc au 25 de la Vallée me demandant si j’allais pouvoir tenir le coup. C’était sans compter l’énergie et la détermination de Animal Triste à nous convier dans une tanière incandescente : Si parfois nous avons eu le sentiment de nous frotter aux flammes de l’enfer, nous n’avons certes pas vendu notre âme au diable. Conscients de vivre un moment privilégié, dans cette bulle où tout concourait à notre confort sonore et visuel, nous avons partagé avec ces drôles d’animaux, un moment musical très fort comme il en existe peu.

Histoire de faire durer le plaisir, leur dernier album ‘Night of the loving dead’ a tourné dans mon auto-radio sur le trajet du retour, je n’ai pas pu sortir de la voiture avant qu’il ne soit terminé… C’est pour dire que je  vous invite fortement à aller l’écouter !

Voici quelque images du concert d’hier, pour vous donner envie.

Un grand bravo à Yannick, Sébastien, Mathieu, Darko, Cédric et Fabien, ainsi qu’à leurs ingénieurs son et lumière  :)

 

Les commentaires sont fermés